Appel de texte / Text Call | Texte F. Jones / F. Jones’ text

[Original English text follows]

Mon nom est fj et je vis aux É.-U. L’anarcho-syndicalisme est un rêve lointain pour moi, en tant qu’ouvrier et habitant de cette masse terrestre. Il y a longtemps de cela, j’ai été inspiré quand j’ai lu sur les anarcho-syndicalistes espagnols. Les États-Unis est l’endroit où les rêves vont pour mourir. J’étais un parent célibataire et personne n’écrit à ce sujet, ni ne théorise sur cela. Vous prenez votre mal en patience et allez travailler. Les anarchistes au États-Unis sont tellement traumatisés qu’ils et elles ne se font même pas confiance. Donc aussi, nous nous battons toujours dans une forme de guerre de classe intellectuelle – une compétition de connaissance qui sonne faux, l’un contre l’autre. Le pacifisme pour l’amour du pacifisme … Il semble presqu’impossible
pour des syndicats anarcho-syndicalistes d’émerger ici. (A moins que…) À moins que nous puissions réussir à nous révolter.

Je me suis fait beaucoup d’amis mexicains dans l’industrie des services. Comme moi, ils ont deux emplois et envoient tout leur argent à leur épouse, enfants et
parents. Ils vivent en se serrant la ceinture et endurent une profonde solitude.
J’admire particulièrement mon ami Jaime Bolanos de Michoacan, qui continue de travailler  pour sa femme et ses enfants. Je le connais depuis 1995 et je l’ai vu l’année dernière dans les rues du Michigan, où il travaille. Il voit sa famille au Mexique deux fois par an.

J’imagine un syndicat anarcho-syndicaliste où hommes et femmes, LGBTQ, de tous les genres peuvent travailler côte à côte sans s’épuiser. Aux États-Unis, les travailleurs de différents genres se haïssent secrètement et ouvertement. Le capitalisme disperse toutes sortes de luttes de pouvoir qui pourraient être négociées en une forme de respect mutuel.

Il n’y a pas de meilleur endroit pour faire cela que sur le lieu de travail. Plus d’attention doit être pris face au vaste pouvoir qu’est l’énergie sexuelle, plus de prudence et plus de respect pour elle… L’incapacité extrême de travailler ensemble pour accomplir quelque chose est très décourageant et je vis en constante dissonance culturelle avec différentes personnes. Je suis un homme cis.

L’avenir des gens de la terre est celui de cités bidonvilles extrêmement peuplées et sans infrastructures. Nous savons comment faire ces choses: épurer
l’eau, éliminer les déchets, protéger la vie privée et les droits des femmes (LGBTQ), cultiver des aliments sains, produire de l’énergie durable, bâtir des maisons sécures, créer et distribuer des antibiotiques et des médicaments de base. Les maîtres du monde refusent de l’organiser et de le faire. Leur pouvoir devrait leur être retiré. Alors on devra casser les choses plus loin avant que nous puissions avoir notre utopie anarcho-syndicaliste. La plupart des anarchistes ne veulent pas parler de révolte, mais je suis pour, pour avoir la chance de voir ce qui pourrait advenir des idées anarcho-syndicalistes. Déjà, ils sont l’avant-garde face aux communistes, qui semblent toujours aimer l’autorité et vivre au 19ème siècle.

Si jamais le syndicalisme devait arriver aux États-Unis, j’aimerais pouvoir lui parler. Cela semble être une telle avancée par rapport à notre esclavage salarié contemporain. Même les  médecins détestent les compagnies de soins de santé pour lesquelles ils et elles doivent travailler en tant qu’ouvriers qualifiés. Je les encourage constamment à se syndiquer comme les diplôméEs graduéEs l’ont fait. Un syndicat anarcho-syndicaliste serait plus durable et capable de résoudre des problèmes à long terme. On entend parler des collectifs de travailleurs, travailleuses en rotation d’emplois et qui partage leur autonomie … mais il y a si peu de nouvelles informations … Je suis un voix isolée ici, je suis obligé de porter un masque et comploter en secret … ma cible est l’état corporatif.

Sincèrement.

fjones
***************************************

My name is fj and I live in the US. Anarcho-syndicalism is a far off dream to me, as a laborer and inhabitant of this landmass. Long ago, when I read of the Spanish syndicalists I was inspired. The US is where dreams go to die. I was a single parent and no one writes about that, theorizes that. You bite the bullet and go to work. Anarchists in the US are so traumatized we don’t even trust each other. Then too, we are still fighting a form of intellectual class war – a competition of faux smartness, against each other. Pacifism for pacificism’s sake… It seems all but impossible for syndicates to emerge here. (Unless…) Unless we can manage to revolt.

I made many Mexican friends in the service industry. Like me, they worked two jobs and sent all their money home to their wives, kids and parents. They live in cramped conditions and endure a deep loneliness. I particularly admire my friend Jaime Bolanos from Michoacan, who continues to work for his wife and kids. I have known him since 1995 and saw him last year in the streets of Michigan, where he works. He sees his family in Mexico twice a year.

I imagine a syndicate where men and women, LGBTQ, all genders can work side by side without becoming exhausted. In the US workers of different genders secretly and overtly hate each other. Capitalism disperses all kinds of power struggles which could be negotiated to a form of mutual respect. No better place to do this than the workplace. Greater care must be taken with the vast power of sexual energy, more caution and more respect for it… The extreme inability to work together to accomplish anything is very disheartening and I live in constant cultural dissonance with differents. I am a cis male.

The future of the earth’s people is one of enormously populated slum cities without infrastructure. We know how to do these things: filter water, dispose of waste, protect women’s (LGBTQ) privacy and rights, grow healthy food, produce sustainable energy, raise safe homes, make & distribute basic antibiotics and medicine. The world’s leadership refuses to organize it. Their power should be taken from them. So we will have to break things down farther before we can have our anarcho-syndicalist utopia. Most anarchists don’t want to speak of revolt, but I’m for it, for the chance to see what might come of the syndicalist ideas. Already, they are vanguards to the communists, who still seem to love authority and live in the 19th Century.

If syndicalism ever came to the US, I’d like to speak to it. It seems like such an advance over our contemporary wage slavery. Even the doctors hate the health care companies they have to work for as skilled laborers. I constantly encourage them to unionize as the graduate students have done. A syndicate would be more long-lasting and able to solve long term problems. One hears of worker’s collectives rotating jobs and sharing autonomy… but there is so little news… I am an isolated voice here, I am left to wearing a mask and plotting in secret…my target is the corporate state.

sincerely,

fjones

Publicités

Une réflexion sur “Appel de texte / Text Call | Texte F. Jones / F. Jones’ text

  1. Ping : Forum | Cahier de textes / Reading notebook – CEDAS-ASCED

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.